Le plancher pelvien ou périnée est un ensemble de muscles qui soutiennent la partie inférieure de l’abdomen et supportent la vessie, l’utérus et une partie de l’intestin. La musculature doit conserver un bon tonus musculaire. La faiblesse de ce groupe de muscles est la principale cause de l’incontinence urinaire d’effort, de la cysto- et rectocèle, du prolapsus génital et des dysfonctionnements sexuels.

Les techniques de rééducation du plancher pelvien en tant que traitement de l’incontinence urinaire d’effort chez la femme sont devenues de plus en plus populaires ces dernières années après que le gynécologue Arnold Kegel a démontré la relation étroite entre la fuite d’urine et la faiblesse ou l’hypotonie de la musculature périnéale.

La continence urinaire est obtenue grâce à l’interrelation entre les voies urinaires inférieures et la musculature périnéale, sous le contrôle de mécanismes neurologiques volontaires et autonomes.

L’objectif principal d’un traitement du plancher pelvien est de tonifier et de renforcer les groupes musculaires qui le composent. Les techniques ou procédures du programme de réadaptation doivent être divisées en deux catégories : active et passive, en fonction de la participation volontaire du patient :

  • Réhabilitation active du plancher pelvien : des techniques telles que la kinésithérapie verbale, la kinésithérapie par biofeedback et les exercices vaginaux actifs sont appliquées.
  • Réadaptation passive : elle est réalisée à l’aide de techniques d’électrostimulation. Il est destiné à induire une contraction du sphincter périurétral et de la musculature périnéale lorsqu’un courant électrique est appliqué à travers la paroi vaginale ou rectale.

Les avantages de l’électrostimulation dans la rééducation du plancher pelvien

L’effet immédiat de l’électrostimulation est la contraction musculaire, ce qui permet d’obtenir à long terme une tonification et une hypertrophie musculaires et, dans certains cas, une modification du profil histologique de la fibre musculaire.

Selon le type d’incontinence à traiter, les paramètres du courant appliqué varieront en fonction de l’effet réflexe que l’on souhaite activer.

  • Incontinence urinaire d’effort chez la femme : le type de courants appliqués doit être supérieur à 50 Hz, afin d’activer le réflexe pudendal-pudendal.
  • Incontinence urinaire par impériosité : des courants de fréquences comprises entre 5 et 10 Hz sont utilisés pour activer le réflexe pudendal inhibiteur du détrusor, produisant la disparition ou la réduction des contractions involontaires.

Les directives pour le traitement par électrostimulation sont très variées, mais il s’agit d’une technique très indiquée chez les patients chez qui il n’y a pas de réponse contractile, c’est-à-dire une hypotonie musculaire sévère sans sensations proprioceptives de contraction.

Le principal objectif du traitement du plancher pelvien par électrostimulation est d’améliorer la fonctionnalité du groupe musculaire en cas d’incontinence d’effort et d’inhiber la suractivité du détrusor en cas d’incontinence par impériosité.

C’est une technique qui est utilisée depuis plus de 50 ans.

Actuellement, les équipements permettent une grande variété de paramètres de stimulation : type de courant, morphologie des ondes, fréquence, intensité, emplacement des électrodes, etc., ce qui permet d’obtenir une activation et une réhabilitation hautement personnalisées en fonction du type de pathologie du patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.